Aquent Aquent

Retour sur la 6ème édition de la conférence #DisruptionRH par Aquent et Stratégies

Retour sur la 6ème édition de la conférence #DisruptionRH par Aquent et Stratégies image
Retour sur la 6ème édition de la conférence #DisruptionRH par Aquent et Stratégies

Cette année, notre petit déjeuner #DisruptionRH, organisé en partenariat avec Stratégies, abordait la question du Manager social, cet ovni qui débarque dans les entreprises. Comme tous les ans, le but de cette conférence, animée par Gilles Wybo, journaliste chez Stratégies, est de décrypter les nouvelles tendances en matière de Ressources Humaines.

NewscoBDSTRAT-AQUENT©FMaréchal-007

Sandrine Matichard, éditrice de Stratégies, remet en perspective le besoin d’aborder ces nouveaux sujets, dès le début de la conférence, en rappelant que les RH sont aussi au coeur de leur métier.

NewscoBDSTRAT-AQUENT©FMaréchal-016
Perrine Grua, directrice générale Aquent France et Pays-Bas, remet en perspective le fait qu’Aquent veuille s’impliquer dans ces débats en tant qu’agence de recrutement et d’intérim spécialisée sur les métiers du marketing, de la création et du digital, car ses clients et talents sont de plus en plus exigeants sur ce point.

La particularité des métiers émergents, tels que les designers d’expérience utilisateur (UX), data strategist ou CDO, est qu’ils décloisonnent les compétences. Cette révolution sur le marché du travail suscite également un changement sur la manière de manager ses équipes. Le “manager social” est donc devenu indispensable pour orchestrer ces nouvelles tendances.

Table ronde

Gilles Wybo a mis en avant quelques chiffres, d’une étude Lecko, menée en Janvier 2016 sur les réseaux sociaux d’entreprise (RSE), afin d’introduire le débat :

  • 58% des managers se servent aujourd’hui des RSE pour manager, c’est à dire pour échanger, partager des idées ou encore coordonner leurs équipes.
  • 75% des jeunes managers (18-29 ans) utilisent aujourd’hui les RSE pour manager.

Caroline BLOCH, DRH chez Microsoft,  Elise BRUILLON, directrice mission RH chez Orange et Pascal NESSIM, co-président de l’agence Marcel, ont alors pris la parole sur le sujet du manager social.

NewscoBDSTRAT-AQUENT©FMaréchal-067


1. Comment définir le manager social ?

Caroline BLOCH : “Le manager social est un manager qui évalue, structure et contrôle, mais qui doit également être générateur d’un collectif agréable, agile et efficace. Il doit organiser son équipe tout en la rendant autonome. Il doit aussi être socialement connecté”.

Pascal NESSIM : “La culture digitale s’est opposée à tout ce qui était vieux et réact’(ionaire). Les réseaux sociaux sont un vivier d’idées et de fulgurances. Face à une génération multicanale, il faut savoir suivre et répondre aux sollicitations venues de toutes parts. Il faut donc apprendre à manager cette nouvelle génération”.

NewscoBDSTRAT-AQUENT©FMaréchal-062NewscoBDSTRAT-AQUENT©FMaréchal-061


2. En quoi est-ce une révolution dans le management ?

L’étude Lecko révèle que 92% DES MANAGERS PENSENT QUE DÉVELOPPER LA CULTURE COLLABORATIVE EST IMPORTANTE (pour 32% des managers, c’est même une priorité !)

Elise BRUILLON : “Le manager social est celui qui met en relation l’interne et l’externe. L’ouverture de la société a aujourd’hui un impact dans l’organisation de l’entreprise. Le manager social doit accepter le fait de ne pas tout savoir et doit s’appuyer sur ses équipes. Pour ma part, au quotidien, je ne vais pas chercher à savoir si mon équipe a bien utilisé ma propre méthodologie. Je vais simplement checker le travail fourni et voir si ce dernier correspond bien aux attentes. Le lien de subordination va donc se jouer sur autre chose : la confiance que l’on va avoir envers son manager, qui s’obtient grâce à son attitude bienveillante. On passe donc d’une position charismatique à une position de leadership. Chez Orange, le changement est venu des salariés. La gestion des soft skills est devenue primordiale, que l’on détecte à travers notre RSE. Le changement vient du fait que l’usage des réseaux sociaux amène à un type de management différent.”

Pascal NESSIM : “On dit souvent que le manager ne fait pas assez attention à ses équipes. On peut, par exemple, promouvoir le travail de son équipe par les réseaux sociaux. C’est valorisant à la fois pour l’agence et pour les équipes. Quand je suis fier de mon équipe, je leur dis et je le mentionne sur les réseaux. J’ai décidé d’investir sur le social media car c’est ce qui irrigue le monde. L’effet de masse est important et le social est un accélérateur pour fédérer une équipe.”

Caroline BLOCH : “Il faut savoir créer un collectif avec différents types de profils. Chez Microsoft, on travaille sur la diversité et l’inclusion. On a changé notre système d’évaluation des managers : leur performance ne s’évalue plus sur le résultat final uniquement mais sur la mesure de l’impact, c’est à dire sur ses résultats, sa capacité à collaborer et sa capacité à aider les autres. On essaie d’introduire la notion de responsabilité collective dans la responsabilité individuelle, on valorise l’individu qui a produit en générant du collectif. Dans l’entreprise, le manager social crée du lien avec son équipe : “Connect the dots”. Cela suppose qu’on ait le droit de se tromper. Il faut avoir une vraie confiance dans le collectif qui s’autorégule”.

NewscoBDSTRAT-AQUENT©FMaréchal-065NewscoBDSTRAT-AQUENT©FMaréchal-095


3. Comment recruter cet oiseau rare ?

Elise BRUILLON : “Il y a deux manières de recruter : 1) sur les softs skills et 2) sur la détection des soft skills. On va d’abord recruter un leader qui a des compétences, pas nécessairement techniques. Il faut que ce soit quelqu’un qui soit capable de mettre en relation, de travailler dans un environnement multiculturel, et de donner de l’autonomie. Les matchs que fait le manager social fonctionnent et donnent de la valeur à l’organisation, le tout étant source de créativité. Il n’est cependant pas nécessaire que le manager social soit au sein même de l’organisation car il sait et doit déléguer à ses équipes. Il remet l’humain au coeur de l’organisation.
Ma reconnaissance en tant que manager social, dans le collectif, est que quelqu’un me dise “merci”.”

Pascal NESSIM : “Chez Marcel, on recrute de manière plus artisanale. Pour les séniors, je vais voir ce qui les intéressent et savoir s’ils sont prêts à changer pour vivre de nouvelles expériences. Pour les jeunes, je vais les chercher directement sur Twitter. Les réseaux sociaux permettent plus d’échanges et de mieux comprendre les personnes”.

Caroline BLOCH : “Chez Microsoft, on a une méthode de recrutement qui est en train de changer. Grâce aux outils numériques, les candidats doivent maintenant poster de petites vidéos de présentation individuelle sur notre nouvelle interface. Un manager social doit savoir donner gratuitement, être bienveillant et aidant. Il doit également être capable de rendre simples des choses complexes. Pour que le collectif se libère, il faut quand même une structure. Chez Microsoft, on a mis en place des règles de vie, comme par exemple pas d’envoi d’emails le soir ou encore un devoir de déconnexion”.

Pour revivre le déroulé de la conférence, retrouvez notre storify #DisruptionRH.

Les commentaires

comments powered by Disqus

Derniers posts

Publication de l’édition 2017 de l’enquête sur l’emploi et les salaires du design interactif image

Publication de l’édition 2017 de l’enquête sur l’emploi et les salaires du design interactif

*designers interactifs* & Aquent dévoilent un panorama complet de la profession du design interactif en France : indicateurs-clés, salaires & conseils