Aquent Aquent

Retour sur #DesignTalk @NUMA : les métiers du Design Interactif

Retour sur #DesignTalk @NUMA : les métiers du Design Interactif image
Retour sur #DesignTalk @NUMA : les métiers du Design Interactif

C’est au sein de NUMA que s’est tenue la conférence #DESIGNTALK dédiée aux métiers du design interactif mercredi 8 juillet.

Aquent et *designers interactifs* se sont associés pour organiser cet évènement dans l’optique d’apporter une vision plus approfondie et concrète des métiers d’UX Design, Design d’interfaces, Design d’interactions, Design de services et Creative Technologist.

Décryptage des tendances et présentation de l’initiative

Bien que le guide des métiers du design interactif propose déjà une définition de ces métiers, une envie de sortir des frontières de l’ouvrage s’est fait ressentir afin de mettre en perspective le contenu via des cas concrets. Pour cela, des intervenants issus du monde du Design Interactif ont été invités à présenter un projet en binôme :

  • Sylvie Daumal, directrice UX et Laure Dubuc, Directrice artistique, chez AF83

  • Matthieu Savary, Creative Director & Partner, et Denis Pellerin, Directeur Artistique & co-fondateur d’User Studio

  • Guillaume Cartigny, Creative Technologist chez Publicis Conseil, et Stéphane Maguet, Head of Creative Technology chez Wearesocial

En introduction de la soirée, Aquent et *designers interactifs* décryptent les tendances marquantes de ces métiers :

  • Le profil type d’un UX (designer d'expérience utilisateur) : un homme de 26-30 ans, salarié, à Paris, doté d’un bac +5 à l’université, en CDI, travaillant majoritairement en agence mais aussi en entreprise (studio de design intégré ou start-up).

Le point de vue du recruteur : “L’UX est un vrai facteur différenciateur dans un contexte économique qui requiert de l’agilité.” Emmanuelle Rasse, agent de talents, Aquent

  • Le profil type d’un UI (designer d’interfaces) : Un homme de 26-30 ans, salarié ou freelance, à Paris ou en région, doté d’un bac +3 et issu d’une école d’art, de design ou web, en CDI, travaillant majoritairement en agence mais aussi en entreprise (studio de design intégré ou start-up).

Le point de vue du recruteur : “Le design d’interfaces couvre désormais une diversité de besoins.” Ludivine Réaut, Team Leader, Aquent

  • Le profil type d’un IxD (designer d’interactions) : un homme de 26-30 ans, salarié, à Paris, doté d’un bac +5 en école de design, en CDI, travaillant autant en agence qu’en entreprise (studio de design intégré ou start-up).

Le point de vue du recruteur : “Le design d’interactions incarne la prochaine vague d’expertises recherchées.”  Emmanuelle Rasse, agent de talents, Aquent

  • Le profil type d’un SD (designer de services) : un homme de 26-30 ans, salarié, à Paris, doté d’un bac +5 en école de design, en CDI, travaillant autant en agence qu’en entreprise (studio de design intégré ou start-up).

Le point de vue du recruteur : “La transition que nous vivons vers une économie de services rend particulièrement prometteur ce métier.” Ludivine Réaut, Team Leader, Aquent

Sylvie Daumal et Laure Dubuc : Le projet Air France

Air France a fait appel à AF83 pour le projet de refonte motivé par l'introduction de nouvelles bornes dotées de la technologie “multi-touch” et la volonté d'améliorer l'Expérience Utilisateur, car un fort taux d’abandon anormal avait été observé.

Le travail d’AF83 résulte d’un long processus qui se découpe en plusieurs étapes, comme l'explique Sylvie Daumal.

La première étape est la phase de recherche utilisateur basée sur l’observation, aussi bien quantitative que qualitative. Cela se traduit par l’utilisation de méthodes classiques telles que le shadowing ou le fly-on-the-wall. Cette étape s’est révélée complexe, car afin d’obtenir une représentation significative des différents types d’utilisateur, l’étape d’observation s’est faite dans trois terminaux d’aéroport différents (Charles de Gaulle et Orly) sur une durée de neuf heures par jour. Par exemple, Il faut penser qu'un vacancier n'appréhende pas de la même manière son “expérience” au sein de l'aéroport qu’un businessman. Cependant ce passage est obligatoire et primordial pour la suite du processus. L'analyse des résultats a permis d’identifier trois personas avec trois parcours différents au niveau du temps, des pratiques et du schéma mental, ainsi que les “pain points” dans les étapes du parcours.

Vient ensuite la phase d'idéation, durant laquelle les équipes créativité (UX et directeurs artistiques) travaillent avec l'équipe client en ateliers. Le but est de définir des nouveaux parcours tenant compte des contraintes métier à travers des hypothèses et crayonnées des premières interfaces. Ces hypothèses sont par la suite mises à l'épreuve pendant la phase de prototypage et test, grâce à la mise en place des wireframes dans une application sur IPad. Sylvie Daumal a soulevé un point surprenant, les voyageurs ont tous préféré l’interface que l'équipe pensait la moins prometteuse. Elle met ainsi en garde contre la perception biaisée que peuvent avoir les professionnels du design.

Enfin, la dernière étape est la création graphique et le design d’information. Laure Dubuc a pris l’exemple du règlement sur le transport d’objets dangereux. La nouveauté apportée par AF83 a été d’organiser la fiche par lieux (soute cabine) et non plus par objets autorisés ou non, de l'épurer et de la simplifier.

Ce projet a valu à AF83 l’obtention du label observeur design.

Matthieu Savary et Denis Pellerin: L’interface sale DIRTI for Ipad

User Studio est une agence d’innovation par le design fondée en 2009. Selon Matthieu Savary et Denis Pellerin, leur vocation est d’inventer “un futur plus beau, plus smart, plus humain”. L’équipe avec au compteur déjà 6 années d'expérience et plus de 100 projets déjà réalisés, a pour coeur de métier principal : l’innovation et le design, puis sur un second plan les UX et UI ainsi que la dimension Creative Technologist.

Le projet le plus connu réalisé par User studio est Refact, un projet qui permet de recevoir les factures téléphoniques sur un mobile de façon plus ludique et agréable.

Le projet DIRTI FOR IPAD

Matthieu et Denis sont partis d’une observation selon laquelle les interfaces tangibles que nous utilisons tous, comme les souris ou clavier d’ordinateur, sont toujours parfaitement précises, discrètes, réversibles, froides, et neutres. Mais est-ce la seule interaction possible avec une machine ? Comment retrouver des nuances infinies de l’interaction avec des matériaux naturels ?

Ils ont décidé de relever le défi en créant un contenant en verre de 570 cm3 où on trouve environ 2,3 milliards de grains de sable. En effet “dans la vie réelle on ne peut pas remettre un grain de sable à sa place précédente et on se salit les mains” souligne Matthieu. Cette installation dotée d’une caméra capte les mouvements du sable et les retranscrit sur l'écran. Une véritable interaction entre la réalité et le virtuel sur l’écran est alors créée et peut être employé dans de nombreux cas, comme par exemple le tri d’images ou de sons.

User studio a alors conçut une nouvelle interface plus facile à transporter, sans fil. Finalement, le pari est réussi pour l’equipe d’User Studio puisque qu’on est passé d’une interface froide à une interface expressive.

Guillaume Cartigny et Stéphane Maguet : le métier de Creative Technologist

Le métier de Creative Technologist est une hybridation entre l'ingénierie et le design pour Stephane et Guillaume, issus eux même d’un parcours créatif et de développement web. Venant des États Unis, ce métier est arrivé en France en 2009. La Creative Technology est soit rattachée à la création soit à l’IT (Information Technology) et non à la DSI (Direction des systèmes informatiques) comme beaucoup le pensent. Dédié à l’innovation créative, le Creative Technologist ne s’occupe pas seulement des innovations technologiques, mais aussi des innovations d’usage. Il peut aussi bien travailler en startup, en agence, que chez un annonceur.

Des compétences multiples sont exigées puisqu’on est à la croisée des métiers d’UX, de directeur artistique, de la technologie et du storytelling. Autrement dit, ce sont des profils qui sont capables de faire passer un message avec la technologie.

Le travail du Creative Technologist s'étend de la conception jusqu'à la production (du “think” jusqu’au “do”). Cependant le sourcing des startups et des technologies représentent une grosse part de son activité. “Aujourdhui les laboratoires de recherche et le “test and learn” sont encouragés. La course à l’innovation pour l’innovation est terminée, le design thinking et le pouvoir du prototype sont reconnus” souligne Guillaume.

Une étude de cas : projet Hello Play. Platforme BNP

Le principe consiste à écouter de la musique pour soutenir des projets musicaux. Le projet a pour ambition de créer une communauté autour de la musique grâce à une plateforme d’engagement qui propose une nouvelle manière d’écouter et de supporter la musique. Quand on écoute de la musique sur deezer ou spotify, on cumule des hello coins que l’on peut investir dans des projets musicaux. Ce projet s’inspire donc de trois tendances qui sont le music streaming, les virtual coins, et le crowfunding.

Ce projet a été récompensé de plusieurs prix car cette plateforme est reconnue pour renforcer le service et la communauté, connecter de nouvelles plateformes d’écoute, sélectionner plus de projets à financer, et enfin croiser musique et innovation.

Finalement Guillaume constate que le métier de Creative Technologist est encore mal défini, mal identifié, et qu’il n’y a pas assez de lisibilité. L’école des Gobelins propose une formation de “créatif codeur et développeur”. Cependant elle est remise en question car les professeurs et les étudiants ne voient pas les débouchés. Stéphane confirme et ajoute que malgré la mise en place de formations et de projets pilotes, des question subsistent, telles que : comment cartographier les filières ? C’est pourquoi Guillaume et Stéphane ont créé The creative Tech Tank, un club de 50 Creative Technologists dont Aquent est un des partenaires principaux.


En conclusion, Perrine Grua, Directrice Générale d'Aquent France et Pays-Bas, affirme qu’en tant que recruteur apprendre continuellement, transmettre, démystifier, décloisonner les métiers sont des éléments clés. Il est difficile d’expliquer ces métiers, de sortir de son quotidien, mais c’est essentiel pour contrer les difficultés de l’offre et de la demande à se rencontrer. Ce sont les raisons pour lesquelles Aquent et *designers interactifs* se sont lancés dans ce projet de conférence.

D’autres projets comme tels sont en cours, un véritable engouement s’est fait ressentir quant à l’explication de certains métiers par des projets concrets.

Enfin, si vous souhaitez apprendre de nouvelles compétences digitales, n’hésitez pas à faire un tour sur le MOOC Aquent Gymnasium. La plateforme est ouvertes à tous et accueille de nombreux cours sur des compétences numériques telles que HTML5, Responsive Web Design, UX Design, Javascript, jQuery et bien d’autres encore.

Les offres d’emploi d’Aquent sont également accessibles ici !

Les commentaires

comments powered by Disqus

Derniers posts

Publication de l’édition 2017 de l’enquête sur l’emploi et les salaires du design interactif image

Publication de l’édition 2017 de l’enquête sur l’emploi et les salaires du design interactif

*designers interactifs* & Aquent dévoilent un panorama complet de la profession du design interactif en France : indicateurs-clés, salaires & conseils